Archive for December 31st, 2015

Des militaires postés devant la grande mosquée de Valence, commune du sud-est de la France, ont été la cible d’un conducteur, vendredi. Les soldats ont riposté et blessé l’auteur de l’attaque. Les motivations de l’assaillant restent inconnues.

Un homme a foncé, vendredi 1er janvier vers 15 h, sur quatre militaires français en faction devant une mosquée de Valence (Drôme), a annoncé le maire de la ville, Nicolas Daragon.

Le véhicule est revenu à la charge à deux reprises, et les militaires ont ouvert le feu au deuxième assaut, blessant l’attaquant à la jambe et au bras, a-t-il précisé sur iTELE.

L’un des quatre militaires est légèrement blessé à la jambe et un passant a “pris une balle perdue dans la jambe”, a ajouté Nicolas Daragon, ajoutant que le procureur de la République s’était rendu sur place.

>> À lire sur France 24 : “Vœux de François Hollande : ‘Nous n’en avons pas terminé avec le terrorisme'”

Le conducteur a agi seul. “On a vu cette personne, elle est d’origine maghrébine”, a déclaré Abdallah Dliouah, l’un des imams de la mosquée de cette commune du sud-est de la France.

À Valence, “le culte se passe de manière apaisée”

L’assaillant, dont la voiture était immatriculée en Savoie, “est hospitalisé et il reste à évaluer son état psychiatrique et ses motivations exactes”, a déclaré Nicolas Daragon. “La police est en train d’essayer de déterminer son identité”, a-t-il ajouté.

Vendredi soir, les motivations du conducteur restaient à éclaircir, mais son interrogatoire devrait permettre d’en savoir un peu plus sur les raisons de son geste.

“C’est vraiment un acte auquel on ne pouvait pas s’attendre, les quatre militaires étaient en faction devant une mosquée qui est une mosquée modérée et calme, entre deux prières où les fidèles affluaient”, a poursuivi le maire de la ville.

Une vingtaine de militaires sont déployés en permanence à Valence où ils patrouillent entre les lieux de culte et les bâtiments des institutions locales dans le cadre de l’opération Sentinelle, a indiqué Nicolas Daragon.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 01/01/2016

La Métropole du Grand Paris voit officiellement le jour vendredi. Composé de 131 communes, ce regroupement de départements s’est attiré l’hostilité de Valérie Pécresse, la présidente de l’Île-de-France, qui voit dans ce projet une “aberration”.

La Métropole du Grand Paris (MGP), censée donner à la capitale française des allures de géante à l’image de Londres ou Shanghai, voit officiellement le jour vendredi 1er janvier. Ce projet, né dans la douleur, a pour ambition de mettre sur pieds une intercommunalité de consensus chapeautée par un pouvoir politique.

Créée par la loi Maptam (affirmation des métropoles) du 27 janvier 2014 et retouchée par la loi NOTRe (réforme territoriale) du 7 août 2015, la MGP regroupe 131 communes : Paris, les 123 communes des départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne), une commune du Val-d’Oise (Argenteuil) et six de l’Essonne. Elles seront rassemblées en 12 territoires remplaçant les agglomérations déjà existantes. Le périmètre concerné abrite plus de sept millions d’habitants.

Afin de préparer ce rapprochement, chaque commune de la MGP doit élire des conseillers – ce qu’a déjà fait Paris le 15 décembre – qui constitueront un “Conseil de la Métropole” de 209 élus, nommés “conseillers métropolitains”. Ce conseil prendra ses fonctions le 22 janvier et élira son président. Le nom de Patrick Ollier, député-maire de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), circule avec insistance, bien que ce dernier refuse pour l’heure de s’exprimer officiellement.

Combattre les inégalités

L’idée qui avait prévalu à la création de cette mégalopole était de régler les problèmes de la zone dite “dense” de l’agglomération parisienne, réputée pour sa pénurie de logements. En théorie, ce Grand Paris est ainsi censé apporter des logements plus nombreux et meilleur marché à l’ensemble des communes concernées, en confiant le pouvoir d’urbanisme à la métropole et non plus aux mairies. En outre, la MGP devrait favoriser la solidarité entre des territoires très inégaux et permettra une plus grande égalité entre les habitants des zones dites riches et ceux des zones plus pauvres, via une distribution des richesses au travers d’une caisse commune.

Néanmoins, ce projet ambitieux va, pour l’heure, devoir se contenter d’un démarrage modeste. Les tiraillements politiques et la dernière modification apportée cet l’été ont en effet limité le budget et les compétences de la nouvelle administration. Dans un premier temps, en 2016, le Grand Paris s’occupera d’environnement et de développement économique. Puis viendront l’aménagement et le logement, au cœur du projet, en 2017. La MGP exercera pleinement ses fonctions en 2020.

Le “problème immédiat et très compliqué” de la Métropole sera sa “tuyauterie budgétaire et fiscale”, a estimé Gilles Carrez, député-maire (Les Républicains – LR) du Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne), cité par l’AFP.

“Aberration administrative et économique”

Cette nouvelle métropole dispose d’un budget propre de 65 millions d’euros. Particularité du projet : l’un des chantiers phares, les transports en commun, ne relèvera pas de la compétence de la MGP. Ces travaux, qui prévoient la création de nouvelles lignes de métro et l’agrandissement d’autres, resteront pilotés par le STIF (Syndicat des transports d’Île-de-France). Quant au Grand Paris Express, ce nouveau métro automatique de rocade d’une longueur de 205 kilomètres qui desservira 72 gares, il sera chapeauté par la Société du Grand Paris, un établissement public créé par l’État.

La nouvelle présidente Les Républicains du conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse, ne voit pas d’un très bon œil ce nouveau Grand Paris. Elle s’est farouchement opposée à ce projet dès son discours inaugural le 18 décembre, affirmant qu’il s’agissait d’un “contre-sens historique” et d’une “aberration administrative et économique”. Pour Valérie Pécresse, qui estime que la métropole c’est la Région, le MGP laisse de côté plusieurs millions de Franciliens.

Une position qui pose des questions sur la future cohabitation entre le Conseil régional et le Grand Paris…

Première publication : 01/01/2016