Cargo Modern express à la dérive : ultime tentative de remorquage

Cargo Modern express à la dérive : ultime tentative de remorquage

Le cargo Modern express, à la dérive depuis sept jours sans équipage à 50 km du littoral aquitain, fait lundi l’objet d’une ultime tentative de remorquage. En cas d’échec il s’échouera entre lundi et mardi soir sur la côte landaise.

Une nouvelle opération pour tenter de remorquer le cargo Modern express, à la dérive depuis sept jours et désormais à 50 km du sud-ouest du bassin d’Arcachon, a débuté lundi matin peu après 8H30, a annoncé la préfecture maritime.

>> À (re)lire sur France 24 : “Les catastrophes écologiques de ces 40 dernières années”

“Début de l’opération de tentative de remorquage. 4 spécialistes de SMIT Salvage sont à bord du navire”, a indiqué la préfecture sur son compte twitter. SMIT Salvage est la société néerlandaise spécialisée dans le sauvetage de navires engagée par l’armateur du Modern express.

En cas d’échouage, des plans anti-pollution Polmar, Mer et Terre, seront déclenchés localement. Des brèches pourraient se produire dans les soutes à gazole du cargo lors de l’échouage, mais le préfet maritime a assuré qu’il “ne craint pas du tout de marée noire”, le bateau ne transportant que 300 tonnes de gazole de propulsion. À titre de comparaison, le pétrolier Prestige, naufragé en 2002 au large de la Galice, transportait 77 000 tonnes de fioul.

“Empêcher la marée noire”

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal, a assuré dimanche qu’en cas de fuite seraient mobilisés “tous les moyens déjà sur place : la sécurité civile, le travail du préfet maritime, 70 militaires spécialisés, des barrages – des gros boudins qu’on met sur la mer pour empêcher la marée noire de venir”. La ministre a estimé qu’il y a “une chance sur deux de réussir le remorquage”.

Dimanche, une météo hostile, avec des rafales à 80 km/h le matin, à 50 km/h en fin de journée, des creux de près de 6 m, a empêché toute tentative d’hélitreuiller sur le cargo des experts en renflouement de la société néerlandaise spécialisée Smit Salvage, pour préparer le remorquage.

Le Modern express, cargo récent (2001) immatriculé au Panama, naviguait du Gabon vers Le Havre lorsqu’il a émis mardi un signal de détresse à 280 km de la pointe Nord-Ouest de l’Espagne, à la suite d’une forte gîte (inclinaison latérale), probablement due à un désarrimage de sa cargaison. Ses 22 hommes d’équipage, philippins, avaient été évacués par des hélicoptères espagnols.

Avec AFP

Première publication : 01/02/2016

Facebook Twitter Email