Le Carambar va-t-il redevenir français ?

Le Carambar va-t-il redevenir français ?

Le fonds d’investissement français Eurazeo aurait accepté de payer 250 millions d’euros pour racheter toute une série de marques de confiserie française, dont Carambar, à l’Américain Mondelez, selon une information du Monde.

De retour sur le sol français : le fonds d’investissement Eurazeo a finalisé, jeudi 31 mars, le rachat des marques de confiserie d’origine française du géant américain de la distribution Mondelez (ex-Kraft Food), selon le quotidien Le Monde. L’opération, estimée à 250 millions d’euros, permettrait au fonds français de mettre les célèbres Carambar, les rochers Suchard, le chocolat Poulain et les pastilles Vichy dans leurs poches. Contacté par France 24, Eurazeo n’a pas voulu confirmer ou commenter cette information.

Mondelez cherche depuis octobre 2015 à se débarrasser de tous les bonbons made in France qui lui collent aux dents. Cette branche d’activité, qui comprend deux usines en France, générait 150 millions d’euros de chiffre d’affaires, une goutte d’eau pour l’empire Mondelez. Eurazeo était en concurrence avec le fonds PAI et le groupe allemand Katjes pour remporter la mise.

5 000 Carambars par minutes

Les Carambar n’étaient plus français depuis 1998, date à laquelle Danone avait cédé la marque au britannique Cadburry. Les bonbons prennent ensuite la nationalité américaine en 2009 lorsque Mondelez rachète Cadburry.

Ces bonbons, célèbres pour les blagues inscrites dans leur emballage, sont fabriqués à Marcq-en-Baroeul. L’usine de cette ville du nord de la France en produit 5 000 par minutes.

Un chiffre impressionnant qui ne doit cependant pas masquer les difficultés que rencontrent les Carambars, estime le Parisien. Le quotidien affirme que l’un des principaux défis d’Eurazeo, si le rachat se confirme, sera de remettre la marque au goût du jour dans un “marché dominé par les bonbons acidulés”.

Première publication : 31/03/2016

Facebook Twitter Email