Archive for June 1st, 2016

Les musées du Louvre et Orsay seront fermés vendredi à titre préventif en raison du risque d’inondation qui subsiste à Paris pour permettre au personnel de mettre en sécurité les œuvres entreposées dans les sous-sols.

À crue exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Le musée du Louvre fermera ses portes vendredi pour permettre la mise à l’abri “à titre préventif” des œuvres stockées dans les réserves et menacées par la crue de la Seine, a annoncé, jeudi 2 juin, la direction. “L’objectif est de mettre à l’abri les œuvres situées dans les zones inondables en les déplaçant dans les étages supérieurs”, a précisé le Louvre, qui a été placé en “alerte générale crue”.

Le Louvre, situé en bordure de la Seine, est le musée le plus visité au monde et accueille quelque 9 millions de personnes par an.

[Communiqué de presse] Déclenchement du Plan de Prévention des Risques Inondation @MuseeLouvre#CrueSeinepic.twitter.com/4YTCdSyRTR

— Musée du Louvre (@MuseeLouvre) 2 juin 2016

Il dispose depuis 2002 d’un plan de prévention des risques d’inondation qui prévoit notamment des exercices réguliers en cas de crue. Le 8 mars dernier, le Louvre a ainsi simulé pendant une journée entière l’évacuation des œuvres exposées dans le sous-sol du département des Arts de l’islam.

Dans le cadre du plan de prévention, des dispositifs de pompage et de ralentissement de la propagation des eaux ont été installés dans les sous-sols.

Le Louvre a prévu à l’horizon 2019 de déménager ses réserves à Liévin (Pas-de-Calais), dans un bâtiment situé à quelques centaines de mètres du Louvre-Lens.

“Plan de protection” au musée d’Orsay

Le musée d’Orsay, situé également le long de la Seine, a pour sa part annulé sa nocturne de jeudi soir pour permettre la mise en place de son propre “plan de protection”. Une cellule de crise a également été constituée au sein de l’établissement, situé le long du fleuve, dans l’ancienne gare d’Orsay.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Protection Contre les Inondations, le musée sera fermé le vend. 3 Juin pic.twitter.com/qekg04Wo1N

— Musée d’Orsay (@MuseeOrsay) 2 juin 2016

Cette cellule devra notamment s’assurer, en cas de déclenchement d’une alerte, de la présence de suffisamment de personnels pour déplacer les réserves jusqu’aux salles d’exposition dans les étages supérieurs du bâtiment.

L’alerte entraînerait la fermeture du musée au public, qui a accueilli l’an dernier 3,4 millions de visiteurs. Elle doit être déclenchée si la Seine atteint 5,50 m de hauteur et Orsay disposerait alors de 96 heures pour déplacer les œuvres conservées sur place. Le musée a déjà transféré une bonne partie de ses réserves dans des bâtiments de stockage extérieurs, dans le cadre d’un plan de prévention.

La Bibliothèque nationale de France, François-Mitterrand et l’Arsenal, seront par ailleurs fermés au public vendredi en raison de la crue de la Seine, même si aucune œuvre n’est menacée, a-t-on appris jeudi auprès de l’institution.

Avec AFP

Première publication : 02/06/2016

3033fffdf0.jpeg

Le magazine Forbes a réduit à néant la fortune estimée d’Elizabeth Holmes, qui était il y a tout juste un an la plus riche et plus jeune des “self-made women” des États-Unis.

De 4,5 milliards de dollars à zéro. La fortune de la chef d’entreprise américaine Elizabeth Holmes a été radicalement revue à la baisse, mercredi 1er juin, par le magazine Forbes, qui fait référence pour évaluer la richesse des puissants de ce monde.

La patronne de la start-up médicale Theranos, qui commercialise des tests sanguins, pointait jusqu’à présent à la première place des “self-made women” milliardaires de Forbes. Elle était même, à 32 ans, la plus jeune femme à occuper ce prestigieux rang, ce qui lui avait valu bon nombre de portraits dans la presse. Les médias en avaient même fait une icône de la Silicon Valley, une lueur d’espoir pour toutes les femmes estimant – non sans raison – que le milieu tech était macho. Elle faisait même partie des 100 personnes les plus influentes au monde pour le magazine Times en 2015.

Du haut du piédestal

Tout ça c’est du passé, a tranché Forbes. “Notre estimation de la fortune d’Elizabeth Holmes était fondée sur les 50 % des parts de Theranos qu’elle possède”, précise la publication. La start-up, qui n’est cotée nulle part, vaut au mieux 800 millions de dollars assure Forbes, très loin des précédentes estimations (9 milliards de dollars). En outre, la structure particulière de l’actionnariat de Theranos fait des investisseurs les premiers bénéficiaires de l’argent qui reste dans les caisses. De ce fait, le portefeuille “d’Elizabeth Holmes ne vaut plus rien”, conclut Forbes.

Theranos a certes contre-attaqué, mercredi, assurant que Forbes “n’avait pas toutes les données financières” qualifiant les allégations de “spéculations fondées sur des articles de presse”. N’empêche : ce revirement de fortune illustre la vitesse à laquelle Elizabeth Holmes et son entreprise sont tombées de leur piédestal. Jusqu’en octobre dernier, cette société fondée en 2003 faisait figure d’Uber de la biotech. Tout le monde voulait investir dans cette start-up qui commercialise des tests sanguins présentés comme révolutionnaires, permettant des diagnostics beaucoup plus rapides et moins onéreux que ceux des grands laboratoires.

D’autres Theranos ?

C’était sans compter le Wall Street Journal qui a décidé de s’intéresser de plus près à cette “révolution” médicale. Dans une série d’articles, le prestigieux quotidien a sérieusement remis en cause la fiabilité des tests effectués par Theranos et démontré que la technologie utilisée n’était pas aussi novatrice. Le département américain de la Santé était ensuite entré dans la danse dénonçant des pratiques dangereuses pour les patients dans un laboratoire de Theranos. Puis le gendarme américain de la Bourse – la Security and Exchange Commission (SEC) – et le bureau du procureur général des États-Unis ont lancé des enquêtes pour savoir si Theranos a trompé à ses investisseurs. Des poursuites qui risquent de coûter à Elizabeth Holmes son droit de travailler dans le secteur des biotech.

Cette avalanche de problèmes a même commencé à déteindre sur la Silicon Valley dans son ensemble. Cette affaire illustrerait “un système pervers d’incitations qui affecte toutes les start-up”, assure le site économique Quartz. Pour justifier les sommes investies, Theranos se devait de présenter un produit aussi révolutionnaire que possible, et lorsque la machine médiatique s’est mise en branle, les investisseurs auraient été trop pressés de monter dans le train de l’innovation. Pour Quartz, nul doute qu’il y a d’autres Theranos.

En attendant, c’est Elizabeth Holmes, passée en quelques mois de reine de la biotech à mouton noir fauché, qui porte le chapeau.

Première publication : 02/06/2016

Le deuxième syndicat des pilotes d’Air France, le Spaf, a déposé jeudi un préavis de grève du 11 au 14 juin pour défendre l’emploi et protester contre une modification de certaines règles de rémunération.

À huit jours de l’Euro de football, les organisateurs de l’événement sportif sont fébriles : après les syndicats de l’aviation civile et les personnels d’Aéroports de Paris, le Syndicat des pilotes d’Air France (Spaf), qui représente environ un quart des pilotes de la compagnie aérienne, a déposé jeudi 2 juin un préavis de grève du 11 au 14 juin, a déclaré son porte-parole.

Le Spaf souhaite coordonner son mouvement avec le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire au sein d’Air France, pour protester contre de nouvelles mesures mises en place à partir du 1er juin qui baisseront les rémunérations des pilotes, a-t-il réaffirmé.

La grève a également pour but “le maintien de l’activité pilotes” à Air France, menacée selon les syndicats par le développement des autres compagnies d’Air France-KLM (KLM, Hop!, Transavia), a précisé Grégoire Aplincourt, président du Spaf.

Par ailleurs, des grèves persistent contre la Loi travail dans les raffineries, dans les ports et docks, l’énergie ou encore le secteur du traitement des déchets. Le Premier ministre Manuel Valls a évoqué à cet égard son “sentiment de gâchis” sur l’impact économique du conflit social.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 02/06/2016

dcea1e2609.jpeg

Dans une publicité pour l’iPhone à l’occasion de la fête des mères, Apple a gommé, pour la France et cinq autres pays, une séquence montrant une famille homoparentale.

C’est une publicité pour l’iPhone en apparence innocente, qui déborde de bons sentiments. Apple a mis en ligne, début mai, un clip célébrant la fête des mères pleine d’images de bisous et de câlins, sur une musique qui joue à fond la carte de la nostalgie. Toutes les mères y sont célébrées, y compris homosexuelles… sauf dans six pays, dont la France.

Dans la version originale de la publicité, diffusée en Australie, au Canada, au Mexique et aux États-Unis, une séquence met en scène un couple lesbien entourant tendrement leurs deux enfants. Elle a disparu pour le public français, allemand, italien, turque, sud-coréen et japonais, a constaté le site Jeanne-Magazine, fin mai. À la place, la version spécialement concoctée pour ces six pays ne montre plus qu’une des deux femmes, gommant du même coup le message implicite de soutien aux familles homoparentales.

Si vous ne visualisez pas la vidéo, cliquez sur ce lien.

La version originale de la publicité qui n’a pas été diffusée en France

Adoption autorisée en France pour les couples homosexuels

La polémique n’a pas manqué de monter ces derniers jours, notamment sur les réseaux sociaux, où certains internautes expriment leur “honte” face à cette censure.

Dommage qu’Apple France réagisse de cette manière. #FeteDesMeres#Apple#Pastropdecouragehttps://t.co/WVdoHJqT5n

— M. (@Mariie_grm) 29 mai 2016

Le choix d’Apple pourrait s’expliquer par la volonté de ne pas faire l’apologie d’une pratique interdite (Turquie, Japon, Corée du Sud) ou dont le cadre légal est flou (Allemagne, Italie). Mais quid de la France ? Le voile pudique jeté sur la réalité des familles homoparentales y paraît pour le moins déplacé puisque l’adoption est autorisée pour les couples homosexuels depuis 2013.

“Je suis en colère qu’on en soit encore là. On est encore dans une communication lesbophobe et homophobe. Ils [Apple] savent très bien ce qu’ils font, le choix de ne pas montrer cette image est délibéré. C’est de la censure”, s’emporte Delphine Aslan, porte-parole de l’association féministe Fières interrogée par BFMTV. Contacté par France 24, Apple France n’a pas répondu.

Toyota aussi

La timidité de la multinationale américaine paraît d’autant plus incongrue que Tim Cook, PDG d’Apple, est ouvertement gay et milite pour l’égalité des droits pour les couples homosexuels.

Le couple lesbien de la publicité originale est, par ailleurs, connu sur Internet, où les deux femmes tiennent un compte Instagram très actif qui relate leur vie de mères. Elles essaient d’y faire passer le message qu’elles forment un couple avec enfants comme les autres.

Reste qu’Apple n’est pas la seule marque à estimer que montrer deux femmes en couple avec leur enfant ne se fait pas en France. Début janvier, le constructeur automobile Toyota a ainsi également tourné plusieurs versions d’une publicité, l’une mettant en scène une famille homoparentale, et l’autre – diffusée notamment en France – expurgée de ce passage.

La marque à la pomme a une nouvelle occasion pour rattraper (un peu) le coup : dans deux semaines c’est la fête des pères.

Première publication : 02/06/2016

28e1dfe2d1.jpeg

Le fonds souverain saoudien a investi 3,5 milliards de dollars dans la société américaine Uber. C’est le plus important apport d’argent venant d’un seul investisseur de l’histoire de la compagnie de VTC.

Et 3,5 milliards de dollars en plus dans le vaste trésor d’Uber. La société américaine de VTC a reçu cette somme du fonds souverain saoudien, a-t-elle annoncé mercredi 1er juin. C’est le plus important apport d’argent venant d’un investisseur unique de l’histoire d’Uber. Depuis sa création en 2009, le poil à gratter des taxis a levé plus de 11 milliards de dollars auprès d’investisseurs privés.

“Nous avons constaté comment Uber a amélioré la mobilité dans le monde et nous voulons participer [à cette aventure]”, a assuré Yasir al-Rumayyan, le directeur du Public Investment Fund (PIF) saoudien. Ce chèque lui permet d’entrer directement au conseil d’administration de la société américaine.

Uber, de son côté, a assuré que cet investissement lui permettrait de renforcer sa présence au Moyen-Orient. La start-up (elle n’est toujours pas cotée en Bourse) compte 395 000 chauffeurs actifs dans la région, soit cinq fois plus qu’il y a un an. Elle y est implantée dans quinze villes et neuf pays.

80 % des clients saoudiens sont des femmes

En Arabie saoudite, Uber est disponible dans cinq villes et plus de 80 % des clients sont des femmes, qui n’ont pas le droit de conduire. “Nous pensons, évidemment, que les femmes doivent avoir le droit de conduire, mais en attendant, nous sommes très fiers d’avoir facilité leur mobilité dans le pays”, a expliqué Jill Hazelbaker, une porte-parole d’Uber, au quotidien américain New York Times. Elle a présenté la stratégie d’Uber dans le pays comme étant au diapason du plan saoudien Vision 2030, qui vise à doubler le nombre de femmes au travail.

Mais il ne faut pas non plus oublier le contexte géo-politique, rappelle Le Monde. Les parlementaires américains sont en train de se pencher sur une loi qui permettrait aux victimes des attentats du 11-Septembre de poursuivre des dirigeants saoudiens en justice. Riyad avait affirmé, début mai, qu’un tel texte pourrait pousser son pays a revenir sur ses investissements dans des entreprises américaines. Uber pourrait-il se transformer en pion dans cette bataille diplomatique ?

Première publication : 02/06/2016

Château de Chambord les pieds dans l’eau, la ville de Nemours coupée en deux, une partie de l’A10 fermée, les berges de Paris inondées… Les crues exceptionnelles qui touchent depuis plusieurs jours la France risquent de s’aggraver.

Si les images ne s’affichent pas correctement, cliquer ici

De nouvelles pluies annoncées pour ce jeudi 2 juin laissent craindre une aggravation des crues exceptionnelles qui touchent depuis plusieurs jours la France, notamment la Seine-et-Marne et le Loiret, deux départements en alerte rouge. Huit autres départements d’Île-de-France, du Centre et de Lorraine étaient en vigilance orange (Essonne, Indre-et-Loire, Cher, Loir-et-Cher, Indre, Meuse, Meurthe-et-Moselle et Moselle).

À Souppes-sur-Loing (Seine-et-Marne), le corps d’une femme de 86 ans a été découvert dans son pavillon inondé, mais l’enquête doit encore déterminer les causes du décès.

La situation reste “tendue” et “difficile” dans “plusieurs secteurs” du pays, en particulier en Seine-et-Marne et dans l’Essonne, a déclaré, jeudi depuis Paris, le Premier ministre Manuel Valls, prévenant qu’il y avait “encore de nombreuses inquiétudes”. Le chef du gouvernement doit se rendre dans la journée à Nemours (Seine-et-Marne), qui s’est retrouvée coupée en deux par les eaux. Trois mille personnes y ont été évacuées vers des centres d’hébergement.

Le point sur la situation à Nemours

Je suis aller dehors vers 19h30 pour voir de plus près… #Nemours#inondationspic.twitter.com/7s6aPbposc

— Ludmya (@Ludmyaa) 1 juin 2016

#inondation Le Château-Musée de #Nemours a les pieds dans l’eau Oeuvres mises à l’abri https://t.co/sKbKyEz5sBpic.twitter.com/0bVeQYG4px

— Louvre pour tous (@louvrepourtous) 1 juin 2016

“Il s’agit d’une crue exceptionnelle, supérieure à la crue de 1910”, a prévenu Météo France, faisant référence à la crue la plus importante du fleuve depuis le XVIIe siècle. Les cours dans les établissements scolaires ont été suspendus dans 80 communes du “secteur critique du Loing”, affluent de la Seine.

Dans le Loiret, au sud de l’Île-de-France, il est tombé l’équivalent d’un mois et demi de précipitations en trois jours. Près de 10 000 foyers ont été privés d’électricité dans les trois départements du Loiret, de la Seine-et-Marne et des Yvelines.

#inondations chacun sa méthode pour traverser le Loing sans se mouiller à #montargis@franceinfopic.twitter.com/cuaQAQ1xmc

— Alice Serrano (@alicserrano) 1 juin 2016

#inondations#montargis se réveille sous l eau ce matin ! pic.twitter.com/W6BJShR0j8

— Alice Serrano (@alicserrano) 1 juin 2016

Les inondations ont causé des perturbations dans les transports franciliens (RER B, D, E et tramway), déjà affectés par une grève contre la Loi travail. Aucun train Transilien, Intercités ou TER ne circulait ainsi entre Paris-Montparnasse et Versailles-Chantiers, la SNCF espérant “un retour à la normale” d’ici lundi.

Crue de la #Seine#Juvisy#Essonnepic.twitter.com/D1AH4reCOJ

— Quentin Dezetter (@quentindezetter) 2 juin 2016

Chouchou des touristes, le château de Chambord avait les pieds dans l’eau. Les élèves des écoles, collèges et lycées du département du Loir-et-Cher seront dispensés de cours jeudi.

#Inondations : le Château de #Chambord ressemble maintenant au Mt St Michel pic.twitter.com/KHd2Lsj8dd

— Karine Durand (@LCMKarine) 1 juin 2016

Chambord sous l’eau #Chambord#crue#eau#alerte#blois#orleans#OrleansCestDeLeaupic.twitter.com/HxkjRKT3XO

— Borischnikov✈️ (@Borischnikov) 1 juin 2016

Tout au long du cours du Loing, plusieurs communes ont été touchées, comme Montargis où la sous-préfecture était noyée sous 1,80 m d’eau. “On est en décrue progressive”, a déclaré à l’AFP le député-maire LR Jean-Pierre Door, mais il faudra “au moins deux, trois jours” avant un retour à la normale.

Mercredi, l’accès à Orléans par voie routière comme ferroviaire était difficile. L’A10 était fermée sur de larges portions.

Incroyable image de l’A10 péage #Orléans nord. #intemperies45#alertemeteopic.twitter.com/nmXmBzftMG

— Nunès Christopher (@NunesChr) 31 mai 2016

Depuis hier, l’armée de Terre, en coordination avec la @Prefcentre, aide la population. #intemperies45#orleanspic.twitter.com/7bOrfZTFzA

— Armée de Terre (@armeedeterre) 1 juin 2016

À Paris, une partie des voies sur berges a été fermée. La Seine avait déjà atteint 4,45 m à 22 h et trempait les pieds du zouave du pont de l’Alma, célèbre statue qui sert de repère aux Parisiens. Lors de la crue historique de 1910, il avait eu de l’eau jusqu’aux épaules (8,62 m). La Seine va continuer à monter et pourrait atteindre le week-end prochain dans la capitale un pic, entre 5,10 et 5,70 mètres, une situation qui “nécessite une vigilance particulière”, a prévenu la mairie.

La #Seine déborde et est placée sous haute surveillance pour garantir notre sécurité https://t.co/P1yzbsQzAc 🌀 #cruepic.twitter.com/lIlJMsr13T

— Paris (@Paris) 1 juin 2016

Circulation fluide ce matin sur les voies sur berge @paris_maville #seinehttps://t.co/xzIpaHi7fJpic.twitter.com/H9XCFiZ3l8

— Mickaël TARDU (@MikeOnR) 2 juin 2016

Nouvelle journée de hausse à #Paris, jusqu’au WE. Intensité du pic encore incertaine. https://t.co/HIBYjAysvB#Seinepic.twitter.com/JN1md6nWTR

— Keraunos (@KeraunosObs) 2 juin 2016

La citée de la mode à les pieds dans l’eau. #Paris#Seine . Pensées à tous ceux qui sont touchés par les inondations pic.twitter.com/buQ5eAR5i1

— Sophie Moreau (@SophMoreau) 2 juin 2016

Concrete, Batofar, Petit Bain : les clubs de Paris en bord de Seine sont sous l’eau pic.twitter.com/O8sT7o1naU

— Louis Lepron (@louislepron) 2 juin 2016

Avec AFP

Première publication : 02/06/2016