Archive for September 30th, 2016

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a affirmé samedi à Paris, en marge du mondial de l’automobile, qu’elle souhaitait déployer un million de bornes de recharges pour véhicules électriques en 3 ans.

C’est un objectif ambitieux affiché par Ségolène Royal en marge du mondial de l’automobile, qui s’est ouvert à Paris le samedi 1er octobre. La ministre de l’Environnement a affirmé vouloir déployer un million de bornes de recharge publiques et privées pour véhicules électriques en trois ans.

“Avec 32 000 immatriculations en 2016, la France compte 100 000 véhicules électriques : le nombre de véhicules électriques a ainsi triplé depuis 2014”, a-t-elle détaillé dans un communiqué.

“Pour soutenir cette accélération, j’ai annoncé à l’occasion du mondial de l’automobile un million de points de charge pour les véhicules électriques”, ajoute-t-elle.

Cet objectif est fixé sur trois ans, précise-t-elle sur Twitter.

#MondialAuto : le nombre de véhicules électriques a triplé depuis 2014 pic.twitter.com/fng9PpRLav

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 1 octobre 2016

Au 5 septembre dernier, il existait 14 242 points de charge ouverts au public en France, répartis dans 4 492 stations, selon une carte diffusée par Ségolène Royal sur Twitter.

L’objectif d’un million de bornes comprend les points de charge publics et privés.

Dans le détail, la ministre prévoit la mise en place de 900 000 points de charge chez les particuliers grâce au crédit d’impôt transition énergétique qui permet le financement de 30 % du coût de ces bornes, et de 100.000 points de charge publics.

Elle annonce par ailleurs la création d’un bonus de 1 000 euros pour les deux-roues électriques.

Avec AFP

Première publication : 01/10/2016

Un collégien de 15 ans habitant dans le Val-d’Oise a été mis en examen et écroué, vendredi, suspecté d’avoir préparé une attaque terroriste. Il était en contact avec Rachid Kassim, soupçonné de téléguider par Internet des attentats en France.

La liste s’allonge. Un nouvel adolescent soupçonné d’avoir voulu commettre une attaque terroriste en France, a été mis en examen et écroué, vendredi 30 septembre dans la soirée, a-t-on appris de source judiciaire.

Ce collégien de 15 ans, en classe de troisième et inconnu des services de renseignement, a été interpellé mercredi matin au domicile de ses parents à Domont (Val d’Oise) et placé 48 heures en garde à vue dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), avant d’être présenté vendredi matin à la justice.

Un doute, une question ? N’hésitez pas à appeler le n° vert #Stopdjihadisme, votre identité est protégée 📞 pic.twitter.com/dyqJhzJ6RZ

— stopdjihadisme (@stopdjihadisme) October 1, 2016

Pour voir les images et vidéos sur votre smartphone ou tablette, cliquez ici.

“Il y avait une suspicion de passage à l’acte”, a relevé une source proche de l’enquête. En garde à vue, “il a assuré qu’il aurait renoncé à son projet”, a-t-elle ajouté.

En contact sur Telegram avec Rachid Kassim

Le mineur était en contact via la messagerie Telegram avec Rachid Kassim, un jihadiste français soupçonné de téléguider ses émules à distance depuis la zone irako-syrienne. Il était également en relation, via ce réseau crypté, avec un adolescent arrêté le 14 septembre dans le XXe arrondissement de Paris, lui aussi en lien avec Kassim et suspecté d’avoir voulu perpétrer une action violente.

>> À lire sur France 24 : “Ce que l’on sait de Rachid Kassim, membre présumé de l’EI”

Enfin, le collégien était “très présent sur Telegram où il animait deux chaînes qui diffusent de la propagande jihadiste”, a relevé la source proche de l’enquête.

Ces dernières semaines, une dizaine d’adolescents ont été écroués pour des menaces d’attaques similaires, sous l’influence de la propagande de Rachid Kassim.

Par ailleurs, le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi à quatre ans de prison, dont deux ferme, un homme accusé d’avoir incité un correspondant à commettre un attentat via Telegram.

Pour voir les images et vidéos sur votre smartphone ou tablette, cliquez ici.

Avec AFP

Première publication : 01/10/2016