Archive for October 22nd, 2016

Alors que la crise des migrants s’intensifie en France, à Paris, dans le XIXe arrondissement, la solidarité s’organise : des bénévoles collectent les invendus d’une boulangerie pour servir un petit déjeuner dans leur quartier. Reportage.

Dans le XIXe arrondissement de Paris, des bénévoles s’organisent pour collecter les invendus d’une boulangerie et servir 800 petits déjeuners aux migrants de leur quartier, Quai de Seine.

“C’est le minimum qu’on puisse faire”, témoigne le boulanger qui cède ses invendus.

“C’est insupportable de laisser les choses aller comme ça”, témoigne un bénévole, “au final, mieux vaut agir que de ne rien faire”, poursuit-il.

Image d’une solidarité de quartier qui permet aux migrants, dans l’attente de papiers ou d’une meilleure situation, de vivre un peu mieux au jour le jour.

Première publication : 23/10/2016

Alors que la crise des migrants s’intensifie en France, à Paris, dans le XIXe arrondissement, la solidarité s’organise : des bénévoles collectent les invendus d’une boulangerie pour servir un petit déjeuner dans leur quartier. Reportage.

Dans le XIXe arrondissement de Paris, des bénévoles s’organisent pour collecter les invendus d’une boulangerie et servir 800 petits déjeuners aux migrants de leur quartier, Quai de Seine.

“C’est le minimum qu’on puisse faire”, témoigne le boulanger qui cède ses invendus.

“C’est insupportable de laisser les choses aller comme ça”, témoigne un bénévole, “au final, mieux vaut agir que de ne rien faire”, poursuit-il.

Image d’une solidarité de quartier qui permet aux migrants, dans l’attente de papiers ou d’une meilleure situation, de vivre un peu mieux au jour le jour.

Première publication : 23/10/2016

Pour la sixième soirée consécutive, plusieurs centaines de fonctionnaires de police ont manifesté à Paris. Alors qu’ils prévoient de poursuivre leur mouvement, le directeur général de la police a annoncé un nouveau “plan de sécurité publique”.

Quelques centaines de policiers en colère ont manifesté samedi 22 octobre dans les rues de Paris, pour la sixième fois consécutive, deux semaines après l’agression de quatre des leurs à Viry-Châtillon dans l’Essonne.

Les policiers, qui réclament plus de moyens, se sont retrouvés place de la République, puis sont allés devant le Bataclan et le restaurant le Petit Cambodge, qui comptent parmi les lieux touchés par les attentats du 13 novembre 2015. Ils se sont aussi rendus à proximité de l’hôpital Saint-Louis, où est toujours hospitalisé l’un de leurs collègues grièvement brûlé après l’attaque au cocktail Molotov d’un véhicule de police, le 8 octobre.

“Un plan de sécurité publique”

Exaspérés par cette attaque, les policiers réclament plus d’effectifs et de moyens matériels, ainsi que des peines sévères à l’encontre de leurs agresseurs. Interrogé à ce sujet par le Journal du dimanche (JDD), le directeur général de la police nationale Jean-Marc Falcone, qui dit comprendre l'”exaspération” des fonctionnaire, a tenté de calmer leur grogne en promettant un nouveau “plan de sécurité publique”. Celui-ci permettrait la modernisation des moyens alloués aux forces de l’ordre ainsi qu’une révision de leurs missions.

Jean-Marc Falcone, dont certains policiers exigent le départ, doit remettre des propositions la semaine prochaine à son ministre de tutelle, Bernard Cazeneuve. “Je vais doter les policiers d’un armement plus sophistiqué, avec le renouvellement du vieux pistolet-mitrailleur qui sera remplacé par une arme longue plus moderne”, explique Jean-Marc Falcone dans les pages du JDD.

“Les flash-ball vont être remplacés par un lanceur de balles de défense plus précis et adapté aux missions. Nous allons aussi moderniser le système radio et développer plus rapidement et plus massivement les tablettes connectées au réseau et disponibles sur le terrain”, ajoute-t-il.

Jean-Marc Falcone, qui avait attisé la colère des manifestants en saisissant l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) au début de la mobilisation, s’engage également à revoir certaines tâches mal tolérées par les fonctionnaires. “Dès lundi, avec l’ensemble des préfets, nous allons mettre à plat les charges dites indues. À partir de la semaine prochaine, les policiers de l’Essonne seront libérés des

missions de protection de personnalités”, explique-t-il notamment.

INFO JDD. Les mesures du patron de la police pour apaiser ses troupes https://t.co/myxcsMZdMGpic.twitter.com/qLJvgYDhKj

— Le JDD (@leJDD) 22 octobre 2016

Jean-Marc Falcone n’est en revanche pas favorable à ce stade à une révision des règles de légitime défense, réclamée par certains policiers, étant donné que les règles d’emploi des armes ont été élargies en juin dernier.

Une rencontre avec François Hollande

Depuis une semaine, le gouvernement s’emploie à apaiser les policiers en colère et à balayer les critiques de l’opposition de droite, à quelques mois de l’élection présidentielle. En visite samedi dans un commissariat de Tours, le Premier ministre Manuel Valls a multiplié les marques de soutien aux policiers. “Je suis ancien ministre de l’Intérieur je sais ce que nous devons au courage de nos policiers, de nos gendarmes, de nos sapeurs-pompiers”, a-t-il déclaré. “Ce que je demande aux policiers de France, c’est poursuivre maintenant le dialogue”, a-t-il poursuivi.

Après avoir rencontré les ministres de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, des représentants syndicaux doivent être reçus mercredi à l’Élysée par François Hollande. Ils lui exposeront des revendications précises, qui seront aussi martelées mardi lors de rassemblements devant les palais de justice de France.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 23/10/2016

d40c3f329d.jpeg

L’opérateur télécoms américains AT&T a annoncé le rachat du groupe de médias et de divertissement Time Warner pour une valeur d’entreprise de 85,4 milliards de dollars. Ce mariage va bouleverser le paysage des médias américains.

Le géant des télécommunications AT&T va créer un mastodonte des médias en rachetant pour 85,4 milliards de dollars Time Warner, propriétaire des chaînes de télévision CNN et HBO et des studios de cinéma Warner Bros.

L’accord est “un assortiment parfait de deux sociétés avec des forces complémentaires qui peuvent apporter une nouvelle vision de la façon dont l’industrie des médias et des télécommunications travaille pour les clients, les créateurs de contenus, les distributeurs et les annonceurs”, a déclaré samedi 22 octobre le président d’AT&T, Randall Stephenson, dans un communiqué.

Le montant global de l’opération, approuvée par les conseils d’administration des deux groupes, s’élève à 108,7 milliards de dollars, dette de Time Warner comprise. Cette union, qui devrait être finalisée fin 2017, se fera en liquide et en actions. Les actionnaires de Time Warner, qui vont recevoir 107,50 dollars par titre, détiendront ainsi entre 14,4 % et 15,7 % de la nouvelle entité et ceux de AT&T le solde du capital.

Des critiques de Trump

Cette fusion devrait être examinée de près par les autorités de la concurrence et la classe politique américaine car la nouvelle entité pèserait à elle seule plus de 300 milliards de dollars en Bourse, avec des activités allant du téléphone aux médias en passant par le câble et internet.

En campagne samedi, Donald Trump, le candidat républicain à la Maison Blanche, a d’ores et déjà indiqué qu’il ferait tout pour bloquer le mariage s’il était élu président le 8 novembre prochain. “C’est beaucoup de concentration de pouvoirs dans les mains de peu de personnes”, a critiqué M. Trump.

Un énorme mariage

La fusion AT&T-Time Warner est l’un des plus gros mariages entre un fournisseur d’accès aux chaînes payantes et un fournisseur de contenus depuis le rachat en 2011 de NBCUniversal par Comcast. Elle complète le recentrage stratégique vers la vidéo impulsé ces dernières années par AT&T.

Avec Time Warner, propriétaire des studios Warner Bros ainsi que des chaînes de télévision HBO et CNN, AT&T va mettre cette fois la main sur un important catalogue de contenus recherchés dans le sport, le cinéma (“Suicide Squad” ou “Fantastic Beasts”…) et les séries télévisées telles “Game of Thrones”, “The Wire” ou encore “Sex in the City” et “Les Sopranos”.

Il y a deux ans, Time Warner avait rejeté une offre à plus de 75 milliards de dollars de 21st Century Fox, son rival contrôlé par la famille Murdoch, car le prix proposé était jugé insuffisant.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 23/10/2016