Archive for December 7th, 2016

Le dispositif de circulation alternée sera reconduit vendredi à Paris et dans 22 communes de la petite couronne, pour une quatrième journée consécutive en raison de la présence persistante d’un nuage de pollution au-dessus de la capitale.

Le mécanisme de circulation alternée visant à réduire la pollution atmosphérique en Île-de-France s’inscrit dans la durée. Les autorités ont décidé de reconduire ce dispositif pour la quatrième journée consécutive, ce qui signifie que seuls les véhicules avec des plaques d’immatriculation impaires et ceux qui font du covoiturage pourront circuler vendredi 9 décembre.

La persistance d’un taux élevé de particules fines et de dioxyde d’azote au-dessus de la capitale justifie la reconduction de cette mesure, selon Marc Meunier, secrétaire général de la zone de défense et de sécurité de Paris.

“Actuellement, la circulation alternée est la mesure la plus efficace et les contrôles seront encore renforcés vendredi”, a-t-il promis, tout en renouvelant son “appel au civisme”.

  • Paris, au-dessus du seuil d’alerte de 80 microgrammes/m3 de particules fines dans l’air, le 5 décembre 2016. © Thomas Samson, AFP

  • La basilique du Sacrée-Cœur, à Montmartre, sous la pollution parisienne, le 5 décembre 2016. © Thomas Samson, AFP

  • Vue du quartier d’affaire de La Défense depuis la banlieue ouest, le 5 décembre 2016. © Thomas Samson, AFP

  • La cathédrale Notre-Dame de Paris, située au centre de la capitale, particulièrement touchée par le pic de pollution, le 5 décembre 2016. © Thomas Samson, AFP

Le dispositif de circulation alternée est également reconduit à Lyon vendredi, malgré un léger mieux sur le front de la pollution.

Appel au civisme

À Paris, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air, Airparif, prévoit également une timide amélioration vendredi grâce au retour prévu d’un vent léger.

La circulation alternée peinait à s’imposer jeudi à Paris et dans sa région confrontés, comme une bonne partie de la France, à un pic de pollution qui a conduit la ministre de l’Environnement Ségolène Royal à promettre de nouvelles mesures en faveur des transports propres.

Malgré un appel au “civisme” lancé mercredi par les autorités, cette mesure à l’efficacité souvent contestée peine à s’imposer : le cumul de bouchons était à un niveau jugé “exceptionnel” jeudi matin par la Direction des routes d’Île-de-France, qui a recensé un pic de 415 km d’embouteillage peu après 8 h 30, contre un peu plus de 300 habituellement.

Paris et sa région subissent depuis une semaine le plus intense et le plus long épisode hivernal de pollution depuis au moins dix ans, selon Airparif.

La pollution de l’air est à l’origine de 42 000 décès prématurés en France, selon l’OMS, et lui coûte plus de 100 milliards d’euros par an, selon un rapport sénatorial.

Avec AFP

Première publication : 08/12/2016

Estimant que la solidarité nationale doit s’exprimer à l’égard des Français, Marine Le Pen, candidate du Front national à la présidentielle française, a prôné, jeudi, la fin la scolarisation des enfants étrangers en situation irrégulière.

Marine Le Pen part à la charge. Avec son thème de prédilection : la préférence nationale. Jeudi 8 décembre à Paris, la candidate du Front national (FN) à la présidentielle française de 2017 a prôné la fin de la scolarisation des enfants étrangers en situation irrégulière et une “contribution” pour ceux dont les parents en situation régulière ne travaillent pas.

“Je considère que la solidarité nationale doit s’exprimer à l’égard des Français. Je n’ai rien contre les étrangers, mais je leur dis : ‘Si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à ce que vous soyez pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement, maintenant c’est terminé, c’est la fin de la récréation !” a lancé la présidente du FN à l’occasion d’un petit-déjeuner “Pop 2017” organisé par l’institut de sondage BVA.

>> À voir dans la Revue de presse : “Le FN en mode furtif”

Marine Le Pen a ensuite précisé à l’AFP que la fin de la gratuité de l’éducation ne concernerait que les enfants étrangers se trouvant en situation irrégulière : “Je parlais des enfants de clandestins”. Et d’ajouter : “Plus de scolarisation des clandestins. Et contribution au système scolaire de la part des étrangers sauf s’ils cotisent en situation légale”.

La population immigrée en France ne “travaille pas”

“Nous n’avons plus les moyens de faire cela, nous allons réserver nos efforts et notre solidarité nationale aux plus humbles, aux plus modestes, aux plus pauvres d’entre nous” a encore affirmé Mme Le Pen lors du petit-déjeuner BVA. Interrogée sur les retraites et sur l’immigration, elle a estimé que la population immigrée en France ne “travaille pas”. Avant de poursuivre : “Sans compter les dispositifs qui permettent à des gens de toucher des ‘minimum vieillesse’ avec le seul critère d’arriver en France, d’avoir 65 ans, sans avoir jamais ni travaillé ni cotisé en France, et on arrive à délivrer, je sais plus, 750 euros par personne, 1 500 euros pour un couple” alors qu’il y a, selon elle, “en bas de chez vous des agriculteurs qui vivent avec 300 euros ou 400 euros par mois de retraite”.

Pour bénéficier de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ex-“minimum vieillesse”), les étrangers doivent, soit détenir depuis au moins 10 ans un titre de séjour autorisant à travailler, soit être réfugié, apatride ou avoir combattu pour la France, soit être ressortissant d’un État membre de l’Espace économique européen ou de la Suisse. Ils doivent résider en France.

>> À lire sur France 24 : “La BBC critiquée pour son interview de Marine Le Pen le 13 novembre”

La candidate du FN a également jugé qu’il fallait “revaloriser les petites retraites”, sans préciser dans quelle mesure. Elle a d’ailleurs redit qu’il fallait “pour l’instant laisser le départ à la retraite avec un âge légal à 60 ans et 40 annuités pour avoir une retraite pleine”, un sujet qui avait fait débat au sein de son parti.

Avec AFP

Première publication : 08/12/2016

10a530df46.jpeg

L’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac a été condamné à trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale. La révélation de ses comptes cachés avait déclenché un vaste scandale il y a quatre ans.

Trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité. C’est la peine dont a écopé l’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, dont la révélation des comptes cachés avait déclenché il y a quatre ans le scandale le plus retentissant du quinquennat de François Hollande.

Un jugement qui suit la demande du parquet, qui à l’issue de deux semaines de procès devant le tribunal correctionnel de Paris, en septembre, avait requis de la prison ferme contre les ex-époux Cahuzac, pour “une vie familiale enracinée dans la fraude”. Il a demandé trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité contre l’ex-étoile montante socialiste, ancien maire et ancien député, qui a “trahi tous ses serments”, et deux ans ferme contre son ex-épouse Patricia.

Jusqu’à deux ans, une peine de prison ferme peut en effet être intégralement aménagée (semi-liberté ou bracelet électronique). Mais à partir de trois ans, le condamné passe nécessairement par la case prison, au moins pour un temps.

Un des avocats de Jérôme Cahuzac a annoncé son intention de faire appel de cette condamnation.

Le scandale Cahuzac aura profondément marqué le quinquennat François Hollande : depuis, la France a renforcé ses outils contre la fraude, avec la création d’une Haute autorité pour la transparence de la vie publique, un statut pour les lanceurs d’alerte et une agence anticorruption.

#Cahuzac JC avait “une place stratégique” au sein du gouv, il “incarnait” la politique budgétaire de la France

— pascale robert-diard (@robert_diard) 8 décembre 2016

“Patrimoine dissimulé de 3,5 millions”

L’affaire Cahuzac est aussi l’histoire de la chute d’un homme qui avait “une part d’ombre”. Un chirurgien de talent saisi du virus de la politique, un ministre “brillant”, selon des collaborateurs et élus de tous bords. Mais aussi, comme l’a crûment mis en lumière le procès, un fraudeur au nom de code “Birdie” qui se fait remettre dans la rue des liasses de billets provenant de ses comptes cachés.

#Cahuzac le président évoque le mensonge “et ce qu’il révèle de la personnalité de JC”

— pascale robert-diard (@robert_diard) 8 décembre 2016

Quand, en décembre 2012, le site d’informations Médiapart révèle que le ministre du Budget a un compte en Suisse, Jérôme Cahuzac nie et s’enferre dans le mensonge. Il finira par démissionner le 19 mars 2013, par avouer sa faute le 2 avril.

Le procès va révéler les secrets bancaires d’un couple dans la tourmente. Dans les années 90, il fallait placer l’argent qui coulait à flot dans la florissante clinique d’implants capillaires gérée par les époux. “On était conscients de l’illégalité” de ces pratiques, a dit l’ex-épouse, une “femme trahie” qui révélera elle-même aux juges l’existence de comptes sur l’île de Man. Leur patrimoine global dissimulé est estimé à 3,5 millions d’euros.

Avec AFP

Première publication : 08/12/2016

L’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac a été condamné à trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale. La révélation de ses comptes cachés avait déclenché un vaste scandale il y a quatre ans.

Trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité. C’est la peine dont a écopé l’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, dont la révélation des comptes cachés avait déclenché il y a quatre ans le scandale le plus retentissant du quinquennat de François Hollande.

Un jugement qui suit la demande du parquet, qui à l’issue de deux semaines de procès devant le tribunal correctionnel de Paris, en septembre, avait requis de la prison ferme contre les ex-époux Cahuzac, pour “une vie familiale enracinée dans la fraude”. Il a demandé trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité contre l’ex-étoile montante socialiste, ancien maire et ancien député, qui a “trahi tous ses serments”, et deux ans ferme contre son ex-épouse Patricia.

Jusqu’à deux ans, une peine de prison ferme peut en effet être intégralement aménagée (semi-liberté ou bracelet électronique). Mais à partir de trois ans, le condamné passe nécessairement par la case prison, au moins pour un temps.

Un des avocats de Jérôme Cahuzac a annoncé son intention de faire appel de cette condamnation.

Le scandale Cahuzac aura profondément marqué le quinquennat François Hollande : depuis, la France a renforcé ses outils contre la fraude, avec la création d’une Haute autorité pour la transparence de la vie publique, un statut pour les lanceurs d’alerte et une agence anticorruption.

#Cahuzac JC avait “une place stratégique” au sein du gouv, il “incarnait” la politique budgétaire de la France

— pascale robert-diard (@robert_diard) 8 décembre 2016

“Patrimoine dissimulé de 3,5 millions”

L’affaire Cahuzac est aussi l’histoire de la chute d’un homme qui avait “une part d’ombre”. Un chirurgien de talent saisi du virus de la politique, un ministre “brillant”, selon des collaborateurs et élus de tous bords. Mais aussi, comme l’a crûment mis en lumière le procès, un fraudeur au nom de code “Birdie” qui se fait remettre dans la rue des liasses de billets provenant de ses comptes cachés.

#Cahuzac le président évoque le mensonge “et ce qu’il révèle de la personnalité de JC”

— pascale robert-diard (@robert_diard) 8 décembre 2016

Quand, en décembre 2012, le site d’informations Médiapart révèle que le ministre du Budget a un compte en Suisse, Jérôme Cahuzac nie et s’enferre dans le mensonge. Il finira par démissionner le 19 mars 2013, par avouer sa faute le 2 avril.

Le procès va révéler les secrets bancaires d’un couple dans la tourmente. Dans les années 90, il fallait placer l’argent qui coulait à flot dans la florissante clinique d’implants capillaires gérée par les époux. “On était conscients de l’illégalité” de ces pratiques, a dit l’ex-épouse, une “femme trahie” qui révélera elle-même aux juges l’existence de comptes sur l’île de Man. Leur patrimoine global dissimulé est estimé à 3,5 millions d’euros.

Avec AFP

Première publication : 08/12/2016

La justice française a condamné, jeudi, l’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac à trois ans de prison ferme pour fraude fiscale et blanchiment. Retour sur l’affaire qui a déclenché le plus retentissant scandale du mandat de François Hollande.

Quatre ans après avoir déclenché le plus retentissant scandale du quinquennat de François Hollande, l’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac a été condamné à trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité, jeudi 8 décembre, pour avoir fraudé le fisc français.

À l’issue de deux semaines de procès devant le tribunal correctionnel de Paris, en septembre, le parquet avait requis de la prison ferme contre les ex-époux Cahuzac, pour “une vie familiale enracinée dans la fraude”. Le parquet avait demandé trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité contre l’ex-étoile montante socialiste, ancien maire et ancien député, qui a “trahi tous ses serments”, et deux ans ferme contre son ex-épouse Patricia.

Le scandale Cahuzac aura profondément marqué le quinquennat François Hollande : depuis, la France a renforcé ses outils contre la fraude, avec la création d’une Haute autorité pour la transparence de la vie publique, un statut pour les lanceurs d’alerte et une agence anticorruption.

Des liasses de billets dans la rue

L’affaire Cahuzac est aussi l’histoire de la chute d’un homme qui avait “une part d’ombre”. Un chirurgien de talent saisi du virus de la politique, un ministre “brillant”, selon des collaborateurs et élus de tous bords. Mais aussi, comme l’a crûment mis en lumière le procès, un fraudeur au nom de code “Birdie” qui se fait remettre dans la rue des liasses de billets provenant de ses comptes cachés.

Quand, en décembre 2012, le site d’informations Médiapart révèle que le ministre du Budget a un compte en Suisse, Jérôme Cahuzac nie et s’enferre dans le mensonge. Il finira par démissionner le 19 mars 2013, par avouer sa faute le 2 avril.

“Patrimoine dissimulé de 3,5 millions”

Le procès va révéler les secrets bancaires d’un couple dans la tourmente. Dans les années 90, il fallait placer l’argent qui coulait à flot de la florissante clinique d’implants capillaires gérée par les époux. “On était conscients de l’illégalité” de ses pratiques, a dit l’ex-épouse, une “femme trahie” qui révélera elle-même aux juges l’existence de comptes sur l’île de Man. Leur patrimoine global dissimulé est estimé à 3,5 millions d’euros.

Possible aménagement de peine pour l’ex-Madame Cahuzac

Les Cahuzac ont déjà payé leur dette au fisc d’un redressement majoré d’environ 2,5 millions d’euros. Reste la question de la prison. Si elle est condamnée, l’ex-femme de Jérôme Cahuzac n’ira sans doute pas en détention compte tenu des possibilités d’aménagement de peine. En revanche, le risque est réel pour Jérôme Cahuzac.

Le parquet a également requis 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 375 000 euros d’amende, contre le banquier suisse du couple, François Reyl et l’intermédiaire Philippe Houman, soupçonnés d’avoir “organisé l’opacité” des avoirs. Contre la banque genevoise Reyl a été demandé l’amende maximale (1,875 million d’euros) et l’interdiction d’exercer une activité bancaire en France pendant cinq ans.

Avec AFP

Première publication : 08/12/2016