COP21, FN, terrorisme : François Hollande combatif lors de ses derniers vœux

COP21, FN, terrorisme : François Hollande combatif lors de ses derniers vœux

Lors de ses derniers vœux aux Français, samedi, le président de la République François Hollande a multiplié les avertissements : à Trump, aux Français tentés de voter pour le Front national, et à la gauche divisée.

“C’est la dernière fois que je vous présente mes vœux en tant que président de la République.” François Hollande s’est adressé aux Français, samedi 31 décembre à 20 h, pour leur adresser ses ultimes vœux.

Il a commencé son intervention en abordant les événements tragiques qu’a connus la France en 2016 et en saluant la résilience des Français, malgré “ce (qu’ils ont) enduré cette dernière année lorsque (leur) pays a été frappé par de terribles attentats”, ceux de Saint-Étienne-du-Rouvray, de Magnanville et de Nice.

Il a alors rendu un hommage appuyé aux forces de sécurité françaises, sur le territoire ou ailleurs. Un hommage qu’il a annoncé vouloir poursuivre lundi 2 janvier en se rendant en Irak pour “saluer” les soldats français engagés contre l’organisation État islamique (EI).

François Hollande annonce qu’il se rendra en Irak “saluer” les soldats français

François Hollande a ensuite abordé la question environnementale, pour avertir le président-élu américain, Donald Trump, que “la France ne laissera personne, ni aucun État, fût-il le plus grand, remettre en cause” l’accord de Paris sur le climat, “acquis majeur de la communauté internationale”. Lors de sa campagne, Donald Trump avait en effet menacé “d’annuler” l’accord adopté fin 2015 à Paris par 195 pays, à l’issue de la COP21.

L’avertissement de François Hollande à Donald Trump concernant la COP21

La présidentielle au cœur des vœux

Autre avertissement, national cette fois : François Hollande a mis en garde, sans citer le nom de Marine Le Pen, contre une victoire du Front national à la présidentielle. “Comment imaginer notre pays recroquevillé derrière des murs, réduit à son seul marché intérieur, revenant à sa monnaie nationale et en plus, en plus, discriminant ses enfants selon leurs origines ?”. “Mais ce ne serait plus la France !”, a-t-il mis en garde.

Il s’en est aussi pris au candidat de la droite François Fillon, accusé de vouloir “brutaliser la société”, et a lancé un avertissement à la gauche, dont “la dispersion” risque d’entraîner son “élimination” dès le premier tour de la présidentielle en avril 2017.

Une victoire du FN en 2017, “ce ne serait plus la France”

“Mais c’est vous, quoi qu’il arrive, qui aurez le dernier mot. C’est pourquoi votre responsabilité est aussi grande”, a-t-il lancé aux Français en jurant que, “jusqu’au dernier jour de (son) mandat”, il serait “pleinement à (sa) tâche”.

Le président de la République devait dans la foulée et comme l’an passé, rencontrer les forces de sécurité qui formeront le dispositif pour la soirée du réveillon sur les Champs Elysées et visiter les salles de commandement installées au Petit Palais.

L’an dernier, quelque 11 millions de téléspectateurs avaient regardé ces vœux présidentiels.

Avec AFP

Première publication : 31/12/2016

Facebook Twitter Email