En visite à Beyrouth, Marine Le Pen active ses réseaux libanais

En visite à Beyrouth, Marine Le Pen active ses réseaux libanais

Marine Le Pen est arrivée dimanche soir au Liban pour une visite de deux jours. Un voyage clé pour la candidate du FN, qui tente de se doter d’une stature internationale, en mettant à profit des relations tissées de longue date par son parti.

À peine descendue de l’avion, la présidente du Front national (FN) Marine Le Pen s’est rendue, dimanche soir, à Byblos, une cité antique située à 40 kilomètres au nord de Beyrouth. La candidate à la présidentielle française y a été reçue par Roger Eddé, un puissant homme d’affaires et de réseaux libanais.


La présidente du Front National Marine Le Pen, aux côtés de Roger Eddé, homme politique libanais, et de Gilbert Collard, député frontiste, photographiés le 19 février à Byblos. (Crédit : Chloé Domat / France 24)

“En accueillant Marine Le Pen, je reçois la présidente du premier parti de France. Je le fais par respect pour ses électeurs, c’est le visage de la France”, déclare Roger Eddé, tout sourire. C’est une première rencontre avec Marine Le Pen mais Roger Eddé a bien connu le père. “J’ai toujours été admiratif de sa verve et de son charisme mais il n’était pas éligible, alors que Marine Le Pen l’est”, ajoute-il.

Acquérir une stature internationale

Pour la présidente du FN, l’objectif du déplacement au Liban est avant tout d’acquérir une stature internationale, qui lui échappe jusqu’à présent.

Pour la première fois, elle sera reçue par un chef d’État étranger en exercice, en l’occurrence par l’ancien général Michel Aoun. Élu président de la République en octobre 2016, après plus de deux ans de tractations, cet allié du Hezbollah et de Damas a déjà rencontré Emmanuel Macron lors de sa visite en janvier.

Également au programme de la députée européenne, des entretiens avec le Premier ministre Saad Hariri et le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil. Et qui dit Liban, dit aussi dignitaires religieux : Marine Le Pen sera donc reçue mardi 21 février par le mufti de Beyrouth (sunnite), ainsi que par le patriarche maronite, chef spirituel de la principale communauté chrétienne du pays.

Des liens hérités de la guerre civile

Marine Le Pen, favorite des sondages, n’a pas choisi le Liban par hasard. Comme elle l’a souligné lors du dîner à Byblos, les liens qui unissent le FN et le pays du Cèdre ne datent pas d’hier.

🇫🇷🇱🇧 Je visitais ce soir l’ancienne cité de #Byblos, ville multimillénaire, en compagnie du maire de la ville. #Libanpic.twitter.com/KrCfYUwGRa

— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 19 février 2017

“J’ai tant entendu parler du Liban dans ma famille, par mon père, pour rappeler ces relations d’amitié millénaires entre nous. […] J’ai aussi souvent entendu parler des malheurs du Liban, de ses tristesses, des moments difficiles de son histoire et des moments communs difficiles. Je crois qu’il n’y a pas de lien plus fort que le lien du sang versé et ensemble nous avons ce lien”, a-t-elle déclaré sous les applaudissements.

En effet, durant la guerre du Liban (1975-1990), plusieurs militants frontistes se sont engagés aux côtés des milices chrétiennes. Un souvenir, que certains dans l’entourage de la présidente se remémorent avec fierté.

Toujours à ses côtés après avoir protégé son père pendant vingt ans, Thierry Légier fait partie de ceux-là. L’homme, qui défraie la chronique depuis que Médiapart et Marianne ont publié un rapport le désignant comme bénéficiaire d’un emploi fictif d’assistant parlementaire, raconte volontiers que, dans les années 1980, il rêvait de “combattre avec les para’ au Liban”. À l’époque, déjà, il se sentait proche du combat des chrétiens phalangistes, que certains de ses amis avaient rejoint.

Au palmarès des frontistes aux affinités libanaises, on retrouve aussi Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN et président de son groupe au conseil régional d’Île de France. L’ex-candidat à la mairie de Paris a été l’avocat de Samir Geagea, ancien seigneur de guerre, emprisonné au lendemain de la guerre civile. Libéré après dix ans de prison, il est aujourd’hui à la tête du parti des Forces libanaises. Marine le Pen doit le rencontrer mardi.

Un électorat favorable à ne pas froisser

En plus des liens historiques, qui unissent certains réseaux chrétiens et réseaux frontistes, Marine Le Pen dispose au Liban d’un électorat qui lui est plutôt favorable.

En 2012, déjà, sa candidature emportait près de 9 % des suffrages exprimés au Liban, soit trois points de plus que le score réalisé auprès de l’ensemble des Français de l’étranger.

Pour autant, il reste des sujets qui font grincer des dents. La position de la candidate en faveur de Bachar al-Assad en est un, sa proposition d’interdire la double nationalité aux Français ressortissants d’un pays non européen en est un autre car au moins deux tiers des électeurs français du Liban ont la double nationalité.

À ce sujet, justement, Gilbert Collard, qui fait aussi partie du voyage et dont la mère a des origines libanaises, tente de calmer le jeu. “J’essaie d’alléger un peu la mesure, j’aimerais qu’on autorise la bi-nationalité, par exemple, à ceux qui ont fait leur service militaire mais c’est une idée très personnelle qui n’est pas acceptée par Marine”, explique-t-il.

Première publication : 20/02/2017

Facebook Twitter Email